Bien choisir son parfum

choisir son parfum

Si on aime garder le mystère autour de notre fragrance préférée, on aimerait bien savoir ce qu’elle révèle de notre personnalité. Nous avons donc interrogé la maison Givenchy sans pour autant trahir votre secret afin de découvrircomment bien choisir un parfum.
Par Isabella Monnier Leland - photo : Oredia

Les différentes familles olfactives

Merci à Françoise Donche, olfactologue chez Givenchy.



Françoise Donche : Les hespéridés regroupent toutes les fragrances à base d’agrumes. Ce sont des notes fraîches, acidulées et gaies. Les floraux se divisent en deux catégories : les romantiques, à base de rose le plus souvent, et les opulents, à base de fleurs blanches et capiteuses comme le jasmin, les tubéreuses, la fleur d’oranger ou l’ylang-ylang. Par tradition, la France est d’ailleurs très jasmin. Enfin, les orientaux qui sont très aimés en France également et qui sont soit vanillés, soit vanillés et épicés
Il y a en fait sept catégories si on prend en compte les sous facettes. Mais je considère qu’aller à la simplicité évite de complexifier le choix d’un parfum. Il vaut mieux donner des repères larges aux gens car ce que recherche la consommatrice c’est, avant tout, une sensation.



 

Avec un hespéridé, on recherche une sensation d’énergie, de pureté, de bonne humeur. Givenchy a ainsi créé en 1970 l’Eau de Givenchy. On retrouve aussi dans cette famille la fameuse Eau de Rochas ou l’Eau de Lancôme. Sans oublier aujourd’hui les Aqua Allegoria de chez Guerlain.



 

Aujourd’hui, la majorité des floraux est, par ailleurs, fruitée et acidulée. Depuis les années 90, il y a eu une véritable refonte de la famille florale vers plus de couleurs et de fantaisie. Ce qui donne des parfums plus ensoleillés et plus accessibles aussi. On peut ainsi citer J’adore de Dior ou Romance chez Ralph Lauren, un parfum exemple de fruité vert. Ou chez les hommes, Aqua di Gio. Chez Givenchy, on a sorti en 2000 Hot Couture qui est le fruit d’un travail sur la framboise et le bois. Enfin, notre meilleur exemple reste Very Irresistible, et plus récemment Absolutely Irresistible dont les éléments de tête sont presque tous fruités avec un accord de fruits rouges qui évolue sur une note de jasmin, boisée et musquée.



 

Les parfums orientaux c’est la sensualité, le mystère, la séduction. Ils sont plus sophistiqués. Chez Givenchy, c’est Ange ou Démon autour de la fève tonka et du bois de chêne travaillés avec un accord de fleur de lys.



 

Ce qu’il faut retenir c’est qu’un parfum peut avoir de multiples facettes, comme un bouquet. Un bouquet de fleurs est composé de fleurs, mais on peut y ajouter du feuillage, des branchages, du tulle, des rubans. Il en va de même pour un parfum.

Combien de parfums peut-on sentir à la fois ?

Françoise Donche : Pour choisir un parfum les gens sentent minimum deux à trois parfums, et jusqu’à six parfois, lors de leurs essais sur les lieux de vente.Or, il ne faut jamais aller au-delà de trois parfums pour éviter la fatigue olfactivequi réduit nos capacités d’évaluation, et si possible ramener un échantillon chez soi afin d’essayer le parfum dans de bonnes conditions et sur la durée. Il est important quand on choisit de ne pas faire d’excès d’essais !




Il vaut mieux essayer régulièrement et se faire parfumer sur la peau afin de percevoir au mieux l’alchimie, en évitant de mélanger le nouveau parfum à notre fragrance habituelle. Et si on ne sait toujours pas, on peut demander conseil à notre entourage. Les réactions spontanées ont une grande valeur, un peu comme en mode.

Changer de parfum, qu’est-ce que cela révèle ?

Françoise Donche : On n’est jamais la même personne de 15 à 65 ans.L’évolution est obligatoire. Je considère qu’il y a une refonte olfactive chez chacun environ tous les cinq ans.

Mais attention, un parfum ne change pas un état psychologique pour autant. En revanche, un parfum peut sublimer, apporter du réconfort ou encore cajoler. C’est le cas notamment des notes orientales.



J’estime qu’entre 15 et 30 ans on est dans une phase exploratoire. On construit son goût olfactif de la même façon qu’en mode on essaye un peu tout. C’est au-delà de 30 ans qu’un parfum devient plus révélateur. Mais le choix d’un parfum reste très intime, il vaut mieux donc éviter de s’y fier pour juger d’une personnalité.Ce qui compte, c’est qu’une personne se sente bien avec son parfum.

Est-ce qu’avoir plusieurs parfums est davantage révélateur ?

Françoise Donche : Statistiquement, moins de 20 % des femmes ont un seul parfum en France ! Résultat, on a souvent 3 à 5 parfums à la maison, sans compter les flacons qu’on ne finit pas ou les parfums d’exception qu’on utilise une fois de temps en temps pour les grandes occasions. Il y a aussi celui de tous les jours, celui pour faire du sport…



De plus en plus, les femmes ont une collection de parfums comme une panoplie vestimentaire. C’est la preuve que le registre olfactif des Françaises est très large, il est pleinement intégré à leur style et à leur rythme de vie. La France est un grand pays de parfumerie fine.

Quelle influence peut avoir une égérie ?



Françoise Donche : L’idéal, c’est qu’une égérie ait de vrais goûts sur le plan olfactif. Par exemple, Absolutely Irresistible correspond à une fleur, le jasmin, queLiv Tyler aime tout particulièrement parce qu’elle était portée dans son entourage lorsqu’elle était enfant. 



Ce qui est intéressant c’est que c’est aussi une fleur sensuelle, comme elle. Le parfum célèbre aussi les 30 ans de Liv Tyler, c’est l’âge d’une féminité plus épanouie et plus sexy. Pour Givenchy, c’est ça une égérie.


Audrey Hepburn, égérie Givenchy en 1957

© photo: Givenchy

Écrire commentaire

Commentaires : 0