Emmanuel Moire : Je suis un artiste, pas un people

Emmanuel Moire
Emmanuel Moire

 

C'est lundi qu'est sorti "L'équilibre", deuxième album d'Emmanuel Moire. Celui qu'on associe encore à Louis XIV dans la comédie musicale Le Roi Soleil prend un virage sur ce deuxième opus, plus électro, plus énergique et plus personnel.

A l'occasion de la sortie de l'album, il nous a accordé une longue interview, où il revient sur sa carrière, les artistes qui l'ont influencé, la presse people, ou encore la Nouvelle Star. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Emmanuel Moirene mâche pas ses mots ! Entretien.

« Je suis dans une phase très difficile »

Tu as terminé l'enregistrement de ton album il y a quelques semaines. Que se passe-t-il depuis ?
C'est un peu particulier... j'étais en créa pendant toute l'année dernière, après il y a eu deux mois de studio, et après, plus rien ! En plus j'ai vécu des trucs pas très cool pendant la créa de cet album, donc c'était assez difficile, et ça l'est encore plus aujourd'hui. Je passe par des phases très bizarres, et je suis assez impatient que l'album sorte pour savoir comment il va être reçu.

Pour l'instant tu doutes ?
Oui, beaucoup. Et le fait d'être confronté à soi... tu ne réfléchis pas trop quand tu es en plein travail, mais quand tu es tout seul, tu ne sais pas vraiment comment ça va être perçu. Mais bon il n'y a pas que ça, je pense que je suis dans une phase de ma vie privée qui est très difficile.

Le fait de répondre à des questions toute la journée, dans le cadre de la promo, ça n'aide pas, je suppose...
Quand ça reste sur le travail, ça va. Après, sur ma vie, c'est vrai que c'est particulier. Je ne veux pas rentrer dans les détails, mais j'ai perdu mon frère le 28 janvier et j'ai parfois encore du mal à réaliser - là ça fait deux jours que je suis un peu dans une phase très difficile. Tu n'arrives pas le jour où je suis le plus en forme, en fait... Mais bon, tout baigne !

« Je ne suis pas seulement le garçon romantique au piano »

Pochette : l''equilibre
Ton deuxième album "L'équilibre" est très différent du premier. Comment l'expliques-tu ?
Je crois qu'il y a un peu de tout. Je ne peux pas te dire que le premier album, ça n'était pas moi ! C'était une facette, une partie. Après, je pense que je n'avais pas tout montré sur cet album. En plus, il a été fait un peu à la va-vite, j'étais encore dans Le Roi Soleil, et on a surfé un peu sur le rôle que j'y tenais. Et puis j'ai vécu une scène après, sur mon premier album, et je me suis aperçu que je n'étais pas seulement le garçon romantique au piano qui chantait des chansons d'amour - j'avais besoin d'avoir des chansons un peu plus pêchues, un peu plus fun ! J'avais envie de délirer, de montrer que je ne me prenais pas au sérieux. Donc j'ai fait ce deuxième album dans cet état d'esprit. Et ce qui est très différent, c'est j'ai fait la musique de cet album de A à Z, contrairement au premier. Je n'ai fait aucune concession.

Est-ce qu'il y avait une volonté de casser ton image ?
Pas vraiment, non. Je crois que ça se fait naturellement... c'est sûr que le deuxième album, je n'allais pas le faire comme le premier. Je pense qu'en plus, si j'avais fait la même chose, j'étais catalogué à mort et à vie. Et ça va très vite dans ce pays, on te met très vite des étiquettes, on te met très vite dans des cases, et moi ce que j'aime, c'est être à l'inverse de ça. Donc ça m'a amusé de me dire que là où je vais, ce n'est pas du tout là où les gens m'attendent.

« Les gens qui souffrent, c'est pas ceux qui partent, c'est ceux qui restent »

Quelle est la meilleure chanson de l'album ?
Je crois que ça n'est pas à moi de le dire ! (rires)

Celle qui te touche le plus, alors ?
Elles ont toutes une raison d'être, et elles apportent toutes quelque chose de différent. Emotionnellement, celle qui me touche le plus, c'est peut-être "Sois Tranquille", qui parle de mon frère. C'est la dernière chanson qui a été faite, elle a été enregistrée dans ce contexte-là. C'était une chanson que j'avais composée depuis longtemps, et que je voulais écrire sur cette gémellité, qui n'est pas quelque chose d'anodin. Et d'un coup, j'ai trouvé un autre angle pour cette chanson, et j'ai voulu que ce soit lui qui me parle, qui parle en général, comme si c'était tous les gens qui sont partis qui parlent aux gens qui restent. Parce que les gens qui souffrent, c'est pas ceux qui partent, c'est ceux qui restent. Elle n'a pas été facile à enregistrer, et sur scène non plus ça ne sera pas évident, mais je pense qu'il ne faut pas ignorer les choses comme ça que tu puises dans ta vie. Je pense que la musique, elle sert aussi à ça, à extérioriser tout ça.

Certains titres de l'album, comme "Adulte & Sexy" et "L'Adversaire", sont plus affirmatives, plus engagées. Tu as l'impression d'être devenu plus philosophe ?
J'ai peut-être pris du recul, surtout. On est un peu con quand on est jeune, on réagit parfois un peu trop vite. Et puis on grandit, on a moins peur de dire les choses, on a une certaine sagesse, entre guillemets, parce que je pense qu'à trente ans, t'as pas non plus la sagesse des gens qui en ont le double ! Et puis en plus du recul, il y a aussi la capacité à s'affirmer. Aujourd'hui, clairement, les gens qui me pètent les couilles, je les envoie chier, plutôt que d'essayer toujours de dire la bonne parole, d'être aimé par tout le monde... maintenant je m'en fous.

"L'équilibre" serait-il le fameux « album de la maturité » ?
Non, peut-être pas... Mais un avant-goût ! (rires)

« Ca ne m'intéresse pas de faire un album comme Piaf »

Emmanuel Moire
Y a-t-il des influences particulières que tu as voulu intégrer à cet album ?
Les influences, c'est large, c'est aussi des choses qui te parlent, qui te prennent au bide, tu sais pas pourquoi, et il y en a plein. Je suis très fan par exemple de Keane, Muse, Radiohead... Radiohead, il y a pas mal d'électro, de bidouille surtout. C'est un peu trop hermétique parfois, et tu as du mal à y rentrer... Après, j'ai écouté beaucoup de choses, je suis un artiste de mon temps. Même si j'ai grandi dans la chanson française, avec les chanteurs à voix, ça ne m'intéresse pas de faire un album comme Piaf faisait, par exemple. Je me trouverais à côté de la plaque.

Tu écoutes quels artistes « de ton temps » ?
J'écoute des choses comme Justin Timberlake, Nelly Furtado, avec un son qui est vachement moderne, et qui va parfois chercher des sonorités années 80. J'ai été très fan de l'album de Furtado - mais je n'ai pas voulu faire cet album-là, je ne me vois pas faire des trucs avec des danseuses et des danseurs derrière, torse nu... ça n'est pas moi. Ce qui ne m'empêche pas de faire le con ! Je pense que j'ai écouté beaucoup de choses, que ce soit du R&B, de la pop, de l'électro, Depeche Mode, Gorillaz, tout ça... des trucs indés. Parce que l'auditeur lambda ne va pas forcément chercher plus que ce qu'on lui sert à la télé, à la radio... Moi j'aime bien aller fouiner un peu partout.

Tu as aimé l'album de Nelly Furtado, de Justin Timberlake... tu aurais pu faire ce qu'a fait M. Pokora : partir aux USA et travailler avec Timbaland ?
Non... Il a au moins eu le mérite d'aller au bout de ce qu'il voulait faire, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Après, c'est pas mon truc... comme je compose moi-même ma musique, je n'ai pas envie d'aller chercher une crédibilité à ce que je fais. Elle viendra avec le temps - où elle ne viendra peut-être pas (rires). Ma crédibilité, c'est moi qui la créerai. Je n'ai pas besoin d'aller chercher quelqu'un pour faire bien.

« Je ne fais pas ce métier pour exister »

On te voit très peu dans la presse people. Tu fais particulièrement attention ?
Ca me gonfle, la presse people. Je ne fais pas ce métier pour exister. Je n'ai pas le souci de dire "Regardez avec qui je sors", "regardez avec qui je baise", "regardez ce que je porte"... Je m'en fous ! Je suis un artiste, pas un people.

Mais on n'est pas toujours dans la presse people volontairement...
C'est vrai, j'en ai été victime récemment. Ils ont fait des choses qui ne m'ont pas plu, par rapport au drame qui s'est passé dans ma famille. On n'avait pas à mettre des photos de ma famille avec mon frère alors qu'on venait de le perdre. Après, c'est vrai qu'il y a des gens qui attirent ça, mais aussi parce qu'ils ont besoin de ça. Déjà, je ne sors pas, je ne me mets pas en scène dans la vie, donc c'est pas intéressant pour eux.

Tu n'es pas un garçon très intéressant ?
Je ne suis pas un people, non, donc c'est vrai que je ne les intéresse pas nécessairement. Après, sur un autre registre, je pense que je suis quelqu'un de bien, oui (rires) !

« Je croise les doigts pour vendre un maximum de disques »

Emmanuel Moire
La crise du disque, ça te fait quoi ?
Quand tu es artiste et que tu fais un disque, tu ne le fais pas pour tes potes et ta famille. Tu n'as qu'une envie, c'est qu'il se vende, que les gens y aient accès et qu'ils l'achètent. Sauf qu'aujourd'hui, c'est de pire en pire, les gens vont de moins en moins acheter des disques. On parle du piratage, d'internet... mais est-ce que ce n'est pas aussi à force d'avoir livré trop de disques nazes ? De livrer de la soupe, que les gens achetaient, achetaient, achetaient... Et à un moment les gens se disent que 15 euros, c'est bien, mais quand tu écoutes le disque une fois et tu te dis que c'est nul... ils ne vont peut-être pas en acheter un autre !

Certains artistes donnent désormais leur musique gratuitement, persuadés qu'elle n'est plus qu'un moyen de promo pour les concerts...
Chacun à son avis, mais moi j'estime que c'est un travail. C'est ce qui me fait vivre ! C'est bien beau de faire le grand seigneur et de donner gratuitement la musique sur laquelle j'ai travaillé pendant un an, mais moi après je vais manger des patates (rires).

Il y a la scène après...
C'est vrai, mais ce n'est pas la même chose. Mais c'est clair que les choses ne sont plus les mêmes qu'il y a 20 ans. Il y a des gens qui pensent toujours que si tu fais de la musique, tu es multi-milliardaire, tu n'as besoin de rien, et que tu roules en limousine. Bah non ! C'est un métier où on en demande toujours plus aux artistes, et tu en gagnes de moins en moins. C'est un métier qu'on idéalise encore, mais il faut être solide. Je croise les doigts pour vendre un maximum de disques !

« Nouvelle Star ? Il faut qu'ils arrêtent de se branler la nouille »

Maintenant, je vais te poser des questions avec deux réponses au choix. On commence par les comédies musicales : Cléopatre ou Mozart ?
Mozart ! Je trouve que Dova Attia et Albert Cohen savent toujours se réinventer à chaque spectacle, et je trouve que ce binôme fonctionne très bien. Sur Mozart, même si ça ne se joue pas encore, je trouve que la façon de promouvoir, l'image du spectacle, le clip, le casting... ils savent se réinventer, ils ne prennent pas les gens pour des cons, ils font des choses de qualité. Ca ne veut pas dire que Kamel ne le fait pas ! C'est juste qu'il faut faire un choix... Je trouve qu'ils sont très forts et j'admire leur travail, c'est tout.

Disque numérique ou physique ?
Physique, je suis un adepte de l'achat. Je préfère l'avoir en physique, surtout qu'en mp3 le son est méga, méga compressé.

Nouvelle Star ou Star Academy ?
Instinctivement je dirais Nouvelle Star, mais je n'ai pas de critiques spécifiques à l'encontre de la Star Academy. Je suis juste plus fan des artistes qui sont sortis de la Nouvelle Star. Après, ça se la joue un peu bobo branché, il faut qu'ils arrêtent de se branler la nouille, en disant "nous on est l'émission un peu tendance". On va se détendre, il font de la musique, ils sont pas en train de sauver le monde. Mais il y a des gens très bien qui sont sortis de la Star Ac, comme Olivia Ruiz, Jenifer qui fait une très belle carrière... Mais voir les gens qui se brossent les dents à la Star Ac...

« Un duo avec Michael Jackson ? Ce ne serait pas très crédible... »

iPhone ou Blackberry ?
Aucun des deux ! Tous mes potes qui ont un iPhone m'encouragent à en prendre un, parce que c'est génial avec le Mac, mais moi je suis fan de taper sur des touches... et pour le BlackBerry, je n'ai pas besoin du truc des mails. Mon portable, j'ai juste besoin d'un portable. Pourtant je suis un adepte ! Si je pouvais m'en acheter un nouveau tous les deux mois, je serais aux anges !

Michael ou Janet ?
Je connais plus de titres de Michael que de Janet...

Tu vas aller le voir en concert à Londres ?
Aujourd'hui, il me fait moins rêver. Même si je suis fan de toute une partie de sa musique, même l'album "Invincible", où il y avait des trucs que j'adorais... mais ce qu'il représente... je ne me dis pas "faut que j'aille le voir, faut que j'aille le voir !!"

Et un duo avec lui ? On y réfléchit ou on dit oui tout de suite ?
Sincèrement, je ne pense pas qu'il viendra me le proposer ! Et puis je ne crois pas que ce serait très crédible que je fasse un duo avec Michael Jackson ! Je pense que c'est un peu impossible en plus...

Dernière question... adulte ou sexy ?
Sexy, ce serait prétentieux, donc je vais dire adulte !

Mais sexy, c'est aussi une question d'état d'esprit...
De ces deux adjectifs, si je dois parler de moi, je pense que je me sens plus adulte. Sexy ? Oui bien sûr... (rires) Quelle prétention !

On fait un sondage sur Ozap ?
Voilà, fais ça, et tu me dis ce que les gens en ont pensé (rires).

Écrire commentaire

Commentaires : 0